Don’t _miss

Wire Festival

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nullam blandit hendrerit faucibus turpis dui.

<We_can_help/>

What are you looking for?

>>ST18 Résistance à l’agenda international du développement en Afrique et au Moyen-Orient // Resistance to the international development agenda in Africa and the Middle East

Responsables de la ST : 

  • Vincent LEGRAND (Université catholique de Louvain) – vincent.legrand@uclouvain.be
  • Jean-Noël FERRIER (Université internationale de rabat) – jean-noel.ferrie@uir.ac.ma

Appel à communications : 

EN – The panel welcomes contributions that question the premises of the ‘Western modernity’ model and the power relations it entails. At the same time, it is interested in contributions that challenge the idea of an exclusively top-down relation between “the West and the Rest” (Hall 2011 [1993]) and put emphasis on the many ways through which actors within the latter contest either the international order as a whole or specific international injunctions thereby creating new understandings of these.
The panel puts emphasis on Africa and the Middle East as two regions particularly affected by Western interference. It aims to explore the many ways in which African and Middle Eastern actors such as government institutions, civil society organisations, religious leaders and even people taking to the streets resist, each according to their own and sometimes conflicting interests, to norms and policies induced by the modern development agenda ; it aims (1) to investigate their specificities, varieties and commonalities and (2) to discuss whether such contestation affects the ‘modernity ideal’, the development discourse or power relations and, if so, (3) in which ways.
The panel therefore relies on a broad definition of resistance that covers a wide variety of forms of resistance, including disguised and hidden as well as open and visible resistance. Papers may cover any form of resistance to norms, prescriptions and standards of the international development agenda in public policies and governance such as human rights, women’s rights, land, education, health, environment, migration and security policies (not exclusively and open to other policy fields) in North- and Sub-Saharan Africa and the Middle East.


FR – Le panel accueille des contributions questionnant les postulats du modèle de la « modernité occidentale » et les relations de pouvoir qu’il porte en son sein. En même temps, le panel s’intéresse aux contributions qui défient l’idée d’une relation s’imposant, exclusivement du haut vers le bas, de
« l’Occident » au « reste » du monde (Hall 2011 [1993]) et met l’accent sur les nombreuses manières dont les acteurs au sein de celui-ci contestent l’ordre international dans son ensemble, ou bien des injonctions internationales spécifiques, en produisant par-là de nouvelles compréhensions.
Le panel, qui se focalise sur l’Afrique et le Moyen-Orient – deux régions particulièrement affectées par les interventions occidentales -, vise à explorer les multiples manières dont leurs acteurs – qu’il s’agisse d’institutions gouvernementales, d’organisations de la société civile, de leaders religieux et même de gens s’exprimant dans la rue – résistent, selon leurs intérêts spécifiques et parfois contradictoires, aux normes et politiques générées par l’agenda international du développement ; le panel vise (1) à interroger leurs spécificités, différences et points communs et (2) à discuter si de telles contestations affectent l’« idéal de modernité », le discours du développement et les relations de pouvoir et, (3) le cas échéant, de quelles manières.
Le panel se fonde ainsi sur une large définition de la résistance, recouvrant de nombreuses formes, qu’elles soient travesties ou cachées, ou bien ouvertes et visibles. Les communications peuvent porter sur toute forme de résistance aux normes, prescriptions et standards se retrouvant dans l’agenda international du développement, dans la gouvernance et les politiques publiques dans les domaines des droits de l’Homme, des droits des femmes, du foncier, de l’éducation, de la santé, de l’environnement, des migrations et de la sécurité (de manière non exclusive, avec une ouverture à d’autres domaines) en Afrique (du Nord et sub-saharienne) et au Moyen-Orient.

%d blogueurs aiment cette page :