Don’t _miss

Wire Festival

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nullam blandit hendrerit faucibus turpis dui.

<We_can_help/>

What are you looking for?

>>ST30 Résister à la transition autoritaire et à la consolidation des autoritarismes : diversité des formes et des pratiques

Responsables de la ST : 

  • Luca TOMINI (Université libre de Bruxelles) – ltomini@ulb.ac.be
  • Aude MERLIN (Université libre de Bruxelles) -amerlin@ulb.ac.be

Appel à communications : 

Cette section thématique examine la résistance dans la perspective de contextes autoritaires ou en cours de transition autoritaire. La notion de résistance, telle que définie dans l’appel à proposition du prochain congrès ABSP-CoSPoF, prend des formes différentes et varie selon le contexte, les objectifs et les acteurs impliqués. Que signifie résister dans le contexte d’une transition autoritaire ou d’un autoritarisme déjà installé

? Au cours des décennies 2000 et 2010, les phénomènes de ‘transition autoritaire’ se sont multipliés à l’échelle globale (comme dans le cas de la Thaïlande, la Hongrie, la Turquie, etc),  tandis que certains régimes  déjà autoritaires poursuivent  leur consolidation (Chine, Azerbaïdjan, Russie). Face à ces évolutions, la palette des formes de résistance est diverse. Qui résiste et comment ? De quel(s) espace(s) disposent les acteurs de cette résistance ? Quels sont leurs répertoires d’action et de quelles ressources disposent-ils ? Comment la mobilisation s’opère-t-elle  et  selon  quelle grille et trame narrative ? Quel est l’espace dévolu aux blogs, réseaux sociaux et aux outils numériques dans la mise en place d’initiatives de résistance ?

De la résistance des Ouïghours face à la répression du régime chinois, aux initiatives multiformes en Russie ; des actions de la société civile en Turquie, aux formes de résistance institutionnelle des juges polonais face au parti PiS : les formes et pratiques varient, comme le montrent ces quelques exemples, non exhaustifs bien sûr. Entre résistance d’ « en bas » et organisation d’événements dans l’espace public, – incluant diverses formes de performances artistiques et culturelles -, résistance organisée émanant de partis ou syndicats, ou encore résistance « d’en haut » ou «institutionnelle», mise en œuvre par le pouvoir judiciaire, le parlement, les cas sont nombreux et leur analyse croisée heuristique.

La section invite des contributions sur le thème de la résistance dans des contextes d’autoritarisme croissant, qu’il s’agisse d’une réflexion théorique sur le concept de résistance, ou d’analyses de cas empirique(s) sur un mode éventuellement comparatif.

%d blogueurs aiment cette page :